Se souvenir des belles choses, plus que jamais.

se souvenir des choses à praia do forteIls étaient tous le fils, la fille de, la maman, le papa de, l’ami(e), le, la collègue de quelqu’un. Et puis, une seconde après, que reste-t-il ? Plus que jamais, se souvenir des belles choses.

Lundi : leurs rires, leurs « wahou », leurs « olé » dans le bateau de Boipeba : mes aventuriers, jamais peur, toujours partants.

Mardi : un trajet un peu long, une journée pas très rigolote. Et puis, un plat de pâtes carbonara – sans crème et sans fromage -, un ou 2 fou rires des enfants et 2 épisodes de série en amoureux et tout redevient sourire.

Mercredi : le plaisir simple d’acheter des légumes et de cuisiner soi-même : cette semaine, nous avons un studio avec cuisine !

Jeudi : la visite du projet Tamar, la curiosité insatiable de mon grand et l’engagement de ces gens pour sauver une espèce.

Vendredi : la journée avait si bien commencé… un « bonjour maman, bisou maman, je t’aime maman » de mon doux doudou. La journée avait été si belle : une surprise pour les enfants, de beaux paysages, une nature époustouflante. La journée s’était si bien passée, du bonheur à l’état pur. Et puis l’effroi quand le téléphone a reconnu le réseau wifi de l’appartement. Des alertes comme des coups de feu. Des nouvelles qu’on aurait aimé ne jamais recevoir. Le choc, l’obligation d’en parler aux enfants qui ne comprenaient pas notre changement d’humeur et puis leur 1ère réaction « Heureusement que nos papis-mamies n’étaient pas à Paris hein pas vrai ? »

Samedi, Dimanche : plus que jamais profiter de chaque seconde de bonheur, et bouffer la vie jusqu’à la dernière miette.

Ce soir, mes pensées vont aux proches des victimes, pour qu’ils se souviennent, eux aussi, des belles choses.

se souvenir des choses à praia do forte

se souvenir des choses à praia do forte

se souvenir des choses à praia do forte

se souvenir des choses à praia do forte

se souvenir des choses à praia do forte

Publicités

Une réflexion sur “Se souvenir des belles choses, plus que jamais.

  1. c’est la seule façon que j’ai trouvé d’expliquer la mort à notre fille, de lui dire que les gens restaient toujours dans le coeur de ceux qui les avaient aimés, en se souvenant des belles choses, bisous à vous 5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s